Biologie, parodontologie et chirurgie orale

Biologie orale, chirurgie orale et parodontologie sont naturellement associées en une même entité, la section 57-01. En effet, que ce soit en pédagogie ou en recherche scientifique, ces départements s’intéressent aux causes, mécanismes biologiques et thérapeutiques de la médecine orale et ses relations avec le reste de l’organisme, des aspects les plus fondamentaux de l’échelle moléculaire jusqu’au patient.

Le département de biologie orale couvre un vaste champ de l’odontologie. Il propose, dès la PASS/LAS jusqu’aux formations post universitaires, des enseignements en sciences biomédicales permettant de comprendre le fonctionnement de la cavité orale et son microbiote, mais aussi de permettre de diagnostiquer et traiter les pathologies buccales. Elle s’intéresse aussi à la médecine régénératrice des tissus mous et durs de la bouche.

La biologie orale est naturellement très orientée vers la recherche biomédicale, notamment sur le parodonte ou tissu de soutien des dents (comprenant la gencive), sur les relations hôte/microbiote, mais aussi sur le lien entre la bouche et le reste de l’organisme. Plusieurs de ses membres sont impliqués dans des laboratoires de recherche de renom (Equipe « InCOMM » de l’I2MC/INSERM (UMR 1297), Equipe « Got-It » de RESTORE (UMR 1301), à l’origine de nombreuses communications et publications scientifiques.

Composition du département de biologie orale

Le département de biologie orale est animé par 8 membres :

  • Le Docteur Inessa Timofeeva (ex AHU, biologie du parodonte)
  • Le Docteur Valentine Baylet (AHU, immunologie)
  • Le Docteur Chiara Cecchin-Albertoni (AHU, biologie du développement oral, physiopathologie du parodonte)
  • Le Docteur Maxime Luis (AHU, microbiote oral, biochimie)
  • Le Docteur Antoine Trigalou (ex.AHU, Histologie et Homéostasie orale)
  • Le Docteur Matthieu Minty (MCU-PH, microbiote et Etiopathogénie des maladies orales)
  • Le Docteur Pierre Pascal Poulet (MCU-PH et responsable du département ; microbiologie et maladies infectieuses)
  • Le Professeur Vincent Blasco-Baqué (PU-PH ; Microbiote et Etiopathogénie des maladies orales)
  • Le Professeur Philippe Kémoun (PU-PH et responsable de la section « Biologie orale, chirurgie orale et parodontologie »; biologie du développement oral, physiopathologie et thérapeutiques du parodonte)

Exemples de travaux en collaboration avec l'unité RESTORE

 
cellule
cellule
Cellules « souches » du desmodonte humain (Acquisition en microscopie confocale à fluorescence - Apotome Zeiss®; Collaboration UFR Odontologie de Toulouse – Unité RESTORE (UI 1301))
 
asc
asc
diagramme bio
diagramme bio

Dès 6 semaines après l’administration de cellules mésenchymateuses du tissu adipeux (+ASC) en porteur collagénique, la régénération cémentaire d’un parodonte de souris lésé par colonisation bactérienne est statistiquement supérieure au contrôle greffé avec le porteur collagénique uniquement sans ASC (-ASC). Flèches bleues: cément, flèches noires: fibres desmodontales, *: vaisseaux. CEJ: jonction amélo-cémentaire. D: dentine. Lemaitre M, et al. 2016. Collaboration UFR Odontologie de Toulouse – Unité RESTORE (UI 1301)